Leçon d’amour

Une femme parmi d'autres

Une esthétique leçon d’amour imprégné d’adrénaline.

Faites place, faites place ! ! !

Le dernier dimanche du mois de septembre, comme (presque) toujours, les gays sado-masochistes se donnent tous les ans rendez-vous entre la 7th et la 12th de Folsom Street, et invitent tout un chacun à partager une saucisse cuite à point.

Vous me direz, pourquoi mettre en photo de couverture cette demoiselle à qui j’ai demandé de poser ? Parce que les femmes, oui les femmes, sont bien sur également bienvenues, et que depuis l’an dernier elles ont elles aussi droit à leur carré coquin. Et puis, qu’est ce qui empêche de se promener nue ? Je dirais même, qu’est ce qui empêche de se promener nue, en laisse, menottée, avec un appareil attaché dans le dos et relié à un vibromasseur placé dans le canal anal, permettant un infatigable va et vient ?

Un jeune et sensible amateur

Côté hommes, on s’amuse aussi. Et puisque l’événement n’est pas seulement gay, mais aussi sado-maso, on peut se faire fouetter en public. J’ai été très impressionnée par l’alternance entre violence physique des coups les plus rudes, et caresse du bout des lanières de cuir sur le dos tendre puis meurtri, pour finir par un baiser langoureux et un calin plein d’émotions.

Une leçon d’amour dans l’adrénaline !

La remise des émotions

Les hommes les plus (et les moins) sexy s’étaient donné le mot : montrez votre corps, assumez vos désirs, et soyez comme vous êtes: tolérants. Tout le monde est à la fête et fait connaissance : “Salut, je peux te lécher le gland ? Et mon copain peut nous prendre en photo ?”. (Pour ceux qui veulent, j’ai moi aussi la photo souvenir).

La curiosité m’y a poussée, et mon amour pour l’amour me l’a fait adorer. La Folsom Street Fair, où de joyeux San Franciscains se réunissent pour révéler au grand public les actes cinglants pratiqués dans nombre de nos boudoirs, est un événement unique et hautement convivial.

Laissez-vous impressionner par les bêtes sauvages !

La dresseuse ... de reptiles.

Profitez de ce moment choisi pour oser partager votre intimité.

Touriste camouflé, vous croyez ?

 Affichez ce qui se cache sous vos bonnets !

Enfilade de piecring, au recto comme au verso

Quelle forme a ce petit diablotin qui se cache en vous ?

Une profonde amitié

On dit que San Francisco est tolérante. Malgré des points négatifs à ce sujet (que j’aborderai très prochainement j’espère dans un autre billet), cette fête en est la preuve, et son succès populaire (mais si, sur les photos vous voyez aussi des tas de gens en T-shirt, un appareil-photo à la main et le sourire bienveillant aux lèvres) me fait aimer le genre humain. Certains sont venus en famille avec poussette, d’autres ont manifesté leur unité avec la vie et leur partenaire contre un appui improvisé, et tous ont passé une excellente et mémorable journée. Et vous ? 🙂

Advertisements
This entry was published on October 3, 2013 at 9:00 AM. It’s filed under Plaisirs primaires and tagged , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

One thought on “Leçon d’amour

  1. Eponyme on said:

    Un pur bonheur, ce post ! Une sorte de vaseline qui nous permet de pénétrer dans
    cet univers douloureux et humiliant,
    Quant à moi ? J’étais au couvent avec les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: